L’esprit du temps de l’industrie 4.0

L’importance de la numérisation dans le système de santé a nettement augmenté en raison de la pandémie. Du fait de l’état d’urgence, les failles de la transformation numérique sont apparues et la volonté de les combler est clairement exprimée. Cela a été expliqué rétrospectivement par le service informatique de l’hôpital dans un webinaire organisé par le HIMSS et l’hôpital STS AG en juin.

Dans les branches environnantes, l’économie se trouve à un stade plus avancé. Ce constat n’est pas nouveau. À l’ère de l’industrie 4.0, la mise en réseau suit la tendance de l’automatisation et de la numérisation, aussi bien entre les personnes (réseaux) qu’entre les machines (Internet of things), que sous forme de coopération entre des personnes et l’intelligence artificielle. Il convient ici d’exploiter les forces de deux facteurs, plutôt que de vouloir remplacer l’un par l’autre.La pandémie a révélé, ici aussi, un retard à combler dans le système de santé. La collecte de données est régulée de manière très différente et n’est généralement ni automatisée ni connectée. Aucune donnée en temps réel globale ne peut donc être utilisée comme aide à la décision. Cette situation est clairement apparue à l’OFSP pendant le confinement, lors de la transmission des nombres de cas enregistrés dans les différents cantons.

Vernetzt

Quelles sont les raisons de cette complexité? L’opinion du Prof. Dr. Andréa Belliger colle parfaitement à la réalité: «Le processus de modification social actuel, appelé transformation numérique, va bien plus loin que l’utilisation des outils et technologies numériques en relation avec la santé et la maladie, l’interopérabilité entre les fournisseurs de prestations de santé numériques et les processus numériques. Il implique une toute nouvelle manière de se positionner en tant que société. Ce changement de paradigme substitue des réseaux ouverts, autonomes et hétérogènes à des systèmes fermés, pilotables et régulables de haut en bas avec des rôles et des fonctions clairement définis et s’accompagne de «nouvelles» valeurs et normes sociétales, telles que la transparence, la participation et la communication ouverte. Si le monde va dans cette direction, le système de santé actuel doit également changer. La santé devient un thème de plateforme, les organisations de réseau, les écosystèmes et les acteurs connectés prédominent, le système de santé se transforme en un réseau socio-technique et la technologie s’avère être un acteur déterminant. L’ouverture et la transparence deviennent une norme individuelle et organisationnelle, les bénéfices des réseaux et la valeur partagée déterminent l’économisation, tandis que la gouvernance et le pilotage contextuel remplacent la législation statique.»
(Renvoi : e-healthforum)

Le changement ne saurait se réduire au seul domaine technique. La façon de penser et les structures traditionnelles évoluent aussi.

 

Des réseaux remplacent les systèmes

Le Prof. Dr. Andréa Belliger définit la différence entre un réseau et un système comme suit: «Contrairement aux systèmes, les réseaux ont des limites perméables et floues. Il est moins important de comprendre qui en fait partie que de savoir qui est en contact avec qui.»

Les limites sont donc plus souples et peuvent même disparaitre grâce aux connexions et nœuds qui en résultent dans le réseau.

Netzwerk

«Un système est fermé, il a des limites et peut inclure ou exclure des personnes. Un système attribue des rôles clairs et les relie les uns avec les autres. Il en va tout autrement pour le réseau, qui est ouvert et comprend aussi bien des amateurs que des professionnels. Certaines entreprises ont déjà supprimé leurs hiérarchies au profit des réseaux: les décisions doivent être prises là où se trouve la compétence professionnelle. Nous ne savons pas où cela nous mènera. Nous sommes tous des rats de laboratoire. Les technologies évoluent rapidement et de manière disruptive, et notre monde avec elles. Nous devons trouver des moyens d’appréhender ces changements en tenant compte de cette complexité.»
(Renvoi : a/s/p)

Ce sujet est déjà abordé dans le secteur des ressources humaines, lorsqu’il s’agit de recruter la génération Y et Z, et va se répercuter dans l’ensemble du système.

La pandémie a probablement donné l’élan nécessaire à notre pensée pour évoluer en direction d’un système de santé numérisé et connecté avec un esprit de coopération et des plateformes. Ce qui devait faire l’objet d’intenses discussions auparavant a dû fonctionner compte tenu des circonstances données. Et cela a marché.

 

Quelle orientation pour l’avenir?

Un proverbe dit «Il est simple de compliquer les choses et il est compliqué de les simplifier.»
Sommes-nous effrayés par la complexité? Ou avons-nous peur de nous retrouver dans un environnement devenu complexe et incontrôlable, à l’instar des réseaux?
Quoi qu’il en soit, lorsque les limites disparaissent dans la tête, certaines choses sont plus faciles à mettre en œuvre que prévu.

 


Cela pourrait également vous intéresser

Connaissez-vous les plus grands défis que vous devez relever en matière de numérisation et d’interconnexion? Le moment est peut-être venu de vérifier vos processus et vos systèmes. Nous pouvons identifier le potentiel d’optimisation de votre établissement de santé. Fixez sans plus attendre un premier rendez-vous avec notre service de consultation sur les processus.

» Contact